Soins-Infirmiers@UL

Veille en soins infirmiers, nursing

RSS Souscrire via RSS

0Commentaire

Enquête 2012 : infections nosocomiales

Sujets: Actes/Rapports, Enquêtes, Guide pratique

Titre : Enquête nationale de prévalence 2012 des infections nosocomiales et des traitements anti-infectieux en établissements de santé – mai-juin 2012 – Protocole / Guide de l’enquêteur

Réalisé par le Réseau d’alerte d’investigation et de surveillance des infections nosocomiales (RAISIN) et l’Institut de veille, Sanitaire (InVS). InVS 2012: 1-58.

Mots-clés : PREVALENCE; ENQUETE; METHODOLOGIE; AGENT ANTI-INFECTIEUX; ORGANISATION; QUESTIONNAIRE; PROTOCOLE

 

Résumé :

De 1990 à 2006, quatre enquêtes nationales de prévalence (ENP) des infections nosocomiales (IN) ont permis de produire des estimations régulières de la fréquence des IN dans les établissements de santé (ES) français.

L’ENP 2006 avait un objectif de mobilisation la plus large possible des ES afin de valoriser leur engagement dans une démarche de mesure du risque infectieux. Il a été largement atteint avec 2 337 ES participant représentant 93,6 % des lits d’hospitalisation en France et 358 353 patients inclus. Elle a permis de sensibiliser les ES et de les mobiliser très fortement autour d’un projet de surveillance des IN et des consommations d’anti-infectieux. L’ENP a renouvelé des données de référence utiles pour orienter les programmes de lutte contre les IN au niveau national et régional, et les actions du plan national pour préserver l’efficacité des antibiotiques. La baisse de la prévalence des IN observée depuis 2001, en particulier pour les Staphylococcus aureus résistants à la méticilline (SARM) était encourageante et suggérait un impact positif des programmes de lutte contre les IN mis en place en France dans les années 1990. Toutefois, en 2006, ces infections concernaient encore 1 patient hospitalise sur 20, une situation qui justifie la poursuite des efforts engagés à ce jour contre ces infections. Concernant les antibiotiques, les résultats nuances observes concernant la prévalence des patients traites par antibiotiques plaidaient pour le renforcement à l’hôpital des actions visant a préserver leur efficacité.

Le renouvellement de l’enquête est un élément du programme national de lutte contre les IN 2009-2013. L’ENP représente une opportunité particulière pour renforcer la sensibilisation des ES a la surveillance des IN et leur appropriation d’outils standardisés.

L’ENP 2012 se situe dans un contexte européen. La prévalence des infections nosocomiales en France en 2006 était dans les limites basses des taux produits par d’autres enquêtes européennes mais les différences méthodologiques limitaient singulièrement les comparaisons. Suivant une recommandation du Conseil européen, le Centre européen de contrôle des maladies (ECDC – Stockholm) propose aux Etats membres de participer à une enquête de prévalence européenne. Aussi, les données d’un échantillon d’ES participant à l’ENP 2012 seront transmises à l’ECDC et représenteront la participation française a cette enquête. Les établissements de l’échantillon dont les données seront transmises à l’ECDC seront informes de leur situation particulière. Ils feront l’objet d’un suivi régulier afin de garantir le respect des contraintes de calendrier imposées par l’ECDC.

L’ENP s’inscrit dans l’axe stratégique « optimiser le recueil et les données de surveillance » pour prioriser les IN et évaluer leur prévention. L’élaboration du protocole et des outils s’est attachée à assurer la comparabilité des résultats avec ceux des ENP antérieures tout en tenant compte des exigences européennes. De plus, le protocole et les méthodes de l’ENP française étant très proches du protocole européen, les méthodes restent similaires a celles des ENP 2001 et 2006, ce qui facilite le travail des enquêteurs ayant déjà participé aux enquêtes précédentes. L’ENP 2012 aura lieu du lundi 14 mai au vendredi 29 juin 2012. Comme en 2006, l’ENP 2012 est réalisée sous l’égide du réseau d’alerte d’investigation et de surveillance des infections associées aux soins (Raisin), mise en oeuvre par les ES, coordonnée par l’Institut de veille sanitaire (InVS) au niveau national et les centres de coordination de la lutte contre les IN (CClin) au niveau interrégional.

Cliquez 2 fois sur pour accéder au rapport complet.

Leave a Reply