Soins-Infirmiers@UL

Veille en soins infirmiers, nursing

RSS Souscrire via RSS

0Commentaire

Burn out chez les infirmières

Sujets: Articles en ligne, Presse

Eric Favereau rend compte dans Libération d’une étude parue dans le British Medical Journal (accès via Lorraine-clic), qui avait pour but de « voir s’il y avait un lien entre la qualité du service rendu et la satisfaction ressentie des infirmières ». Le journaliste explique que « les enquêteurs ont étudié 1.105 hôpitaux : 488 en Europe […] et 617 [aux Etats-Unis]. Ils ont interrogé 61.168 infirmières et 130.000 patients ».
Eric Favereau parle d’une « profession mondialement fatiguée. Comme si le progrès médical n’avait pas entraîné une amélioration de ce métier et de sa perception. Quel que soit le pays, le type d’organisations hospitalières ou de financements, les infirmières se disent insatisfaites. Elles montrent partout des signes d’épuisement ».
Le journaliste note que « l’intention de quitter les établissements hospitaliers est certes variable selon les pays, mais elle touche 14% du personnel aux Etats-Unis, pour atteindre une infirmière sur deux en Finlande et en Grèce qui veut s’en aller. Le taux de burn out atteint 10% aux Pays-Bas, mais il est de 78% en Grèce, la France se situant entre les deux ».
Eric Favereau ajoute que « ce malaise n’est pas sans conséquence : l’enquête établit un lien entre la satisfaction des infirmières et celle des patients. Et cela partout », les auteurs relevant que « chaque patient en plus dont doit s’occuper l’infirmière va faire baisser sa satisfaction ».
« Or ce nombre n’en finit pas d’augmenter : en 20 ans, la durée moyenne de séjour a diminué de moitié, et le nombre de patients a été multiplié par 3 », indique le journaliste.
Eric Favereau retient qu’« au final, l’étude montre un déficit d’infirmières dans tous les pays concernés », rappelant qu’« à Paris, plus de 600 postes d’infirmières ne sont pas pourvus ». Les auteurs concluent ainsi que « l’amélioration des conditions de travail dans les hôpitaux est une stratégie qui ne coûte pas cher : elle permet d’accroître la qualité et la sécurité des soins, tout en augmentant la satisfaction du patient ».
De son côté, Le Monde publie un reportage sur le quotidien de Nathalie Thiriet, infirmière libérale à Sceaux (Hauts-de-Seine), qui « court tout le jour pour se rendre auprès de patients qui attendent des soins, mais aussi son attention bienveillante et chaleureuse. Une part d’humanité qui n’est pas cher payée », observe le journal.

Sources :

Le Monde, L’infirmière, Article de Pascale Krémer publié le 11 Avril 2012. (accès au texte intégral via Europresse)

Libération, Article d’Eric Favereau publié le 10 avril 2012

Mediscoop : ce site fait la synthèse de l’actualité médicale dans la presse quotidienne nationale et régionale. Inscription gratuite pour les étudiants et les professionnels de la santé.

Leave a Reply