Soins-Infirmiers@UL

Veille en soins infirmiers, nursing

RSS Souscrire via RSS

0Commentaire

Prévention des risques de transmission des infections

Sujets: Enquêtes, Thèses/Mémoires

Ana Maria Seifert a soutenu une thèse de médecine à l’Université de Laval (Québec) en 2012.

Titre : Prévention des risques de transmission des infections : connaître les pratiques formelles et informelles du personnel hospitalier.

 

Mots-clés : TRANSMISSION; PREVENTION; PRATIQUE; PERSONNEL; PERCEPTION; QUESTIONNAIRE; AUDIT; TRAVAIL; CLOSTRIDIUM DIFFICILE; CONTAMINATION; FORMATION; RISQUE

Résumé de l’auteur : La prévention des infections dans les établissements de santé est un sujet d’actualité. Malgré la promotion de mesures de prévention, on constate qu’elles ne sont pas complètement appliquées. Toutefois, s’attarder uniquement à ces manques offre une prise limitée pour améliorer la prévention, en ignorant d’autres mesures que le personnel pourrait avoir développées. L’objectif de la recherche est de décrire les pratiques, formelles et informelles, de prévention de la transmission des infections, utilisées par diverses catégories de personnel hospitalier, ainsi que d’explorer les représentations reliées à ces pratiques. L’approche qualitative utilisée permet une vision systémique des activités de prévention. Nous avons effectué, à Montréal, 27 entrevues et 186 heures d’observation de personnel infirmier, de préposées aux bénéficiaires et de préposées à l’entretien sanitaire, tous expérimentés, dans quatre unités de soins dont deux de courte et deux de longue durée. Les résultats montrent que les mesures de prévention ne sont pas des actes isolés mais qu’elles font partie d’un processus débutant par l’identification des risques à partir de trois familles d’informations: la contamination du patient, celle de l’environnement et les difficultés d’interaction avec le patient. Nous avons identifié certaines pratiques permettant de pallier des situations où les mesures de prévention prescrites sont jugées insuffisantes et révèlent des compétences méconnues du personnel. Ces pratiques peuvent notamment faire appel au travail d’équipe, faisant ressortir l’importance de la dimension collective du travail pour la prévention des infections. L’analyse des représentations du risque relié au Clostridium difficile montre de plus que les participantes à la recherche craignent de le transmettre aux patients et à leur propre famille et adoptent en conséquence des pratiques spécifiques de prévention, au travail et hors travail. A cause de situations mettant en échec la prévention, certaines participantes pensent de plus être des porteuses saines de ce microorganisme et craignent son activation si elles sont affaiblies. Certains aspects de l’organisation du travail peuvent aussi entraver leurs efforts : l’absence de moments de concertation, la présence de personnel non régulier et le manque de formation. Nous concluons sur l’importance d’appuyer les efforts de prévention basés sur des stratégies qui font appel au travail d’équipe, qui semblent avoir un potentiel intéressant pour la prévention des infections, et sur la nécessité de prendre en compte les préoccupations du personnel dans les interventions éducatives le concernant.

PDF

Consulter d’autres thèses et mémoires en ligne sur le portail de l’Université de Laval.

Leave a Reply