Soins-Infirmiers@UL

Veille en soins infirmiers, nursing

RSS Souscrire via RSS

0Commentaire

Dix ans d’évolution des consommations d’antibiotiques en France

Sujets: Actes/Rapports, Enquêtes

Dix ans d’évolution des consommations d’antibiotiques en France. Rapport de l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé, 2012/07: 1-24.

 

Mots-clés : ANTIBIOTIQUE; CONSOMMATION; PRESCRIPTION; DDJ; EUROPE; PROFESSION LIBERALE; GENERALITE; AGE

 

Résumé : Au début des années 2000, le développement des résistances bactériennes a conduit la France – comme d’autres pays européens – à mettre en œuvre des actions favorisant un moindre et un meilleur usage des antibiotiques afin d’en préserver l’efficacité. Ces actions ont abouti à faire baisser la consommation d’antibiotiques tant en ville qu’à l’hôpital. Ce mouvement de baisse n’a cependant pas été continu et, depuis 2005, une légère tendance à la reprise se dégage. Les premiers résultats de l’année 2011 confirment cette évolution. Il apparaît également que l’incidence des pathologies hivernales (quelle qu’en soit l’origine) constitue un élément majeur pour expliquer les évolutions d’une année sur l’autre. Pris dans leur ensemble, ces résultats demeurent néanmoins positifs et démontrent que les habitudes de prescription et les comportements peuvent être infléchis. Même si elle se situe toujours parmi les pays dont le niveau de consommation est élevé, la France n’est plus le premier consommateur d’antibiotiques en Europe, comme c’était le cas au début des années 2000. Une analyse détaillée des données fait apparaître que la consommation n’est pas homogène : elle présente des disparités importantes, en fonction de l’âge, du sexe, mais aussi du lieu de résidence. Ainsi les femmes consomment-elles plus d’antibiotiques que les hommes, et la consommation progresse-t-elle avec l’âge. Par ailleurs, le niveau de consommation est plus élevé dans les régions du nord de la France que dans les Pays de la Loire ou la région Rhône-Alpes. D’un département à l’autre, ces écarts peuvent être encore plus importants. Sur un autre plan, il ressort que le nombre de substances actives antibiotiques dont disposent les prescripteurs diminue. Contrairement à d’autres classes thérapeutiques qui ont bénéficié de l’introduction d’innovations importantes, très peu de nouveaux médicaments sont venus enrichir les différentes classes d’antibiotiques.

Voir le rapport en ligne

Leave a Reply