Soins-Infirmiers@UL

Veille en soins infirmiers, nursing

RSS Souscrire via RSS

0Commentaire

« Vers un grand ménage du médicament »

Sujets: Débats, Presse

Le Journal du Dimanche publie un « appel initié par deux professeurs de thérapeutique et de pharmacologie, Jean-François Bergmann et François Chast, et par le diabétologue André Grimaldi, [qui] plaident pour la rédaction urgente d’un guide officiel recensant les 1.000 médicaments vraiment nécessaires pour soigner des Français en proie au doute depuis le scandale du Mediator ». Le journal observe que cet appel intervient « 2 semaines après la publication du «Guide des 4.000 médicaments utiles, inutiles ou dangereux» (Le Cherche Midi) par Philippe Even et Bernard Debré », observant que « dans un premier temps, de nombreux médecins se sont contentés de pointer […] les erreurs factuelles émaillant un livre dont ils contestent la pertinence scientifique. […] Mais l’ouvrage, souvent dénoncé comme « un coup médiatique », caracole en tête des ventes avec 175.000 exemplaires écoulés ». « Plus grave, certains malades du cancer ou du diabète envisagent d’arrêter leur traitement après consultation du best-seller. Pis, selon les trois initiateurs du manifeste, les autorités de santé n’ont pas jugé utile d’en fournir une fiche de lecture critique », poursuit Le Journal du Dimanche. Le journal relève que « l’après-Mediator ne fait que commencer. Les trois professeurs réclament également « une autre politique du médicament » : réforme de la pharmacovigilance et refonte de la politique des prix ». Les Pr Chast et Grimaldi remarquent ainsi que « Philippe Even a raison de dénoncer les traitements inutiles, les coûts exorbitants, les manœuvres de l’industrie, la complaisance de certains médecins ». Dans un entretien, le Pr Bergmann, vice-président de la commission d’AMM à l’ANSM, déclare : « Notre point de départ, c’est le succès du pamphlet écrit par Philippe Even et Bernard Debré. Bien qu’excessif et approximatif, il s’appuie sur un constat juste : les médecins prescrivent trop de médicaments, les Français en consomment trop. Mais ce livre, truffé d’erreurs, ne peut pas être considéré comme un guide d’informations objectif. Si ses recommandations étaient appliquées, ce seraient des milliers de morts chaque année ! ». Le chef de service à l’hôpital Lariboisière (Paris) appelle à l’élaboration d’un guide pour « répondre aux inquiétudes légitimes de la population mais aussi à celles des médecins qui ne trouvent pas toutes les réponses dans le Vidal ! Exiger des pouvoirs publics la publication d’un répertoire officiel, destiné à la fois aux médecins et aux patients, recensant les 600 à 1.000 médicaments vraiment utiles ». « Ce dictionnaire sera issu d’un travail collectif, nourri par des spécialistes de chaque pathologie qui auront déclaré leurs liens d’intérêt. Il permettra de faire le tri parmi les milliers de produits aujourd’hui sur le marché », poursuit le praticien. Le Pr Bergmann ajoute qu’« il faut poursuivre le chantier de déremboursement des médicaments inutiles. Et réfléchir à un codage des diagnostics, seul outil vraiment pertinent pour savoir qui prescrit quoi et à qui. Pour l’instant, seuls les traitements dispensés par les médecins de ville sont rentrés dans les ordinateurs de la Sécu. Si on pouvait croiser ces données de prescription avec les diagnostics comme cela se fait à l’hôpital, on aurait un moyen efficace de lutte contre les mauvaises prescriptions et la surconsommation ». Libération constate également que « des médecins refusent d’avaler la pilule », retenant que selon les auteurs de cet appel, « on pourrait «sans dommage» diviser par 4 le nombre des médicaments consommés par les Français ».

Revue de presse rédigée par Laurent Frichet

Mediscoop : ce site fait la synthèse de l’actualité médicale dans la presse quotidienne nationale et régionale. Inscription gratuite pour les étudiants et les professionnels de la santé.

Leave a Reply