Soins-Infirmiers@UL

Veille en soins infirmiers, nursing

RSS Souscrire via RSS

Archives de la catégorie ‘Actes/Rapports’

Rapport sur l’intégration des IFSI au système LMD

Sujets: Actes/Rapports

Les formations paramédicales : bilan et poursuite du processus d’intégration dans le processus L.M.D.

 

rapports_209450.54

 

Extraits  :

 

« Le rapport dresse un bilan globalement positif de la réingénierie de la formation infirmière. Cependant, il préconise une évaluation du résultat de la réforme en termes de qualité des professionnels formés par une autorité scientifique et des professionnels indépendants, après au moins trois sorties de promotions. Par ailleurs, il fait des préconisations d’adaptation et de simplification à mettre en œuvre dès à présent. »

 

« Supprimer la possibilité actuellement offerte aux IFSI d’organiser deux rentrées sur une même année universitaire, source de complexité dans l’organisation des enseignements, des examens et des stages sans bénéfice avéré pour les établissements de santé et les étudiants » (recommandations p.79)

 

« S’assurer que tout allongement de la durée des études est justifié par un besoin avéré de formation supplémentaire au vu des compétences à acquérir pour exercer la spécialisation considérée en l’état actuel de la réglementation et n’intervient qu’après prise en compte d’éventuelles suppressions d’enseignement qui ne seraient plus adaptés à l’exercice actuel de celle-ci. » (recommandations p.81)

 

Lire le rapport complet :

Les formations paramédicales : processus d’intégration dans le dispositif L.M.D.

Annexes et pièces jointe des formations paramédicales

Inégalités sociales et territoriales de santé en Lorraine

Sujets: Actes/Rapports

IREPS Lorraine vient de publier la Synthèse des réflexions lorraines sur les inégalités sociales et territoriales de santé entre 2011 et 2013

 

 

synthèse IREPS

 

La question des inégalités sociales et territoriales de santé représente aujourd’hui un des enjeux majeurs de la politique de santé publique, tant au niveau national qu’international. Toutefois, en France, le contexte politique, économique et social est extrêmement difficile et tend à accroître ces inégalités, ces différences d’état de santé observées entre les groupes sociaux. Il n’est alors pas aisé pour les acteurs de terrain de saisir comment contribuer localement à la réduction de inégalités de santé, par leurs activités et leurs actions au quotidien au sein de leur structure.

 

Cette synthèse propose aux acteurs une réflexion sur les inégalités sociales et territoriales de santé dans l’optique de faciliter la mise en oeuvre de démarches allant dans le sens de leur réduction, ou du moins, de leur non-renforcement. Pour cela, ce document propose de définir les inégalités sociales et territoriales de santé, de découvrir Lor’IS, un outil d’aide à l’action s’appuyant sur une démarche de promotion de la santé, et enfin de prendre connaissance d’initiatives lorraines qui, chacune à son échelle, participent à une action sur les inégalités.

 

Télécharger la synthèse

Evolution des consommations d’antibiotiques en France entre 2000 et 2012 : nouveau rapport d’analyse de l’ANSM

Sujets: Actes/Rapports, Enquêtes
médoc 4L’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) réunit et analyse depuis 2 ans les principales données relatives à la consommation d’antibiotiques en France. Elles reposent sur les déclarations obligatoires de ventes de ces médicaments par les industriels et sur les données de remboursement en médecine de ville (régime général) fournies par l’Assurance Maladie.
Pris dans leur ensemble, ces nouveaux résultats montrent que la France se situe à un niveau de consommation d’antibiotiques nettement supérieur à la moyenne européenne, même si elle n’est plus le premier consommateur en Europe comme au début des années 2000. Des disparités de consommation sont observées, en particulier en fonction de l’âge, du sexe, et entre les régions.
La surveillance de la consommation d’antibiotiques est un des critères de jugement du Plan Antibiotiques 2011 – 2016 qui fixe désormais un objectif chiffré en matière de réduction des consommations de ­ 25 % d’ici 2016.

Les principaux constats issus de ce nouveau rapport pdficon_small sur la consommation d’antibiotiques sont :

  • une baisse de consommation d’antibiotiques de près de 10 % entre 2002 et 2012, avec toutefois une augmentation de 3 % au cours de ces cinq dernières années ;
  • une consommation d’antibiotiques très majoritaire en ville (90 %) pour laquelle les génériques occupent une place centrale (78 % de la consommation antibiotique en ville est représentée par des génériques) ;
  • 70 % des prescriptions d’antibiotiques en ville sont réalisées par un médecin généraliste. Parmi celles-ci, 11 % ont néanmoins pour origine une prescription hospitalière ;
  • les femmes représentent 57,3 % des patients utilisant des antibiotiques. Cette utilisation est significativement plus élevée que celle des hommes entre 15 et 34 ans, puis baisse et se stabilise. A l’inverse, le niveau d’utilisation par les hommes augmente après 55 ans et ne cesse de progresser ensuite ;
  • en ville, un écart de près de 30 % est observé entre la région dont la consommation est la plus élevée et celle dont la consommation est la plus faible ;
  • l’antibiotique le plus consommé en ville est l’amoxicilline (32 % de la consommation totale). A l’hôpital, l’association amoxicilline et acide clavulanique (Augmentin et ses génériques) est l’antibiotique le plus consommé (33 %) et un possible pourvoyeur de résistance ;
  • le développement des résistances aux antibiotiques est d’autant plus préoccupant que le nombre de substances actives disponibles diminue (- 29 entre 2000 et 2012) et que la recherche sur de nouveaux antibiotiques s’est considérablement ralentie.

Evolution des consommations d’antibiotiques en France entre 2000 et 2012 -Rapport d’analyse (17/06/2013)  (1095 ko)pdficon_small

IGAS : les rapports sur la santé sont en ligne

Sujets: Actes/Rapports, Dossiers thématiques

L’Inspection Générale des Affaires Sociales publie de nombreux rapports sur la santé. Voici la liste des rapports sur la santé disponibles en ligne depuis 1995.

Igas

Voir les rapports les plus récents

Si les liens vers les rapports ne fonctionnent pas, vous pouvez les retrouver sur le site de la Banque de Données en Santé Publique : pour accéder au texte intégral en PDF, cliquer 2 fois sur :

2012

2011

2010

2009

 

2008

 

2007

2006

 

2005

2004

2003

2002

2001

2000

1999

1998

1996

1995

Vieillissement et santé : mini biblio

Sujets: Actes/Rapports, Dossiers thématiques, Références bibliographiques, Sites Web

L’IRDES, Institut de recherche et documentation en économie de la santé, vient de mettre à jour une bibliographie intitulée Vieillissement et santé.

Cette bibliographie traite des différentes problématiques abordées par lIRDES ayant trait au vieillissement (état de santé, prise en charge institutionnelle, aidants, …). Ce dossier documentaire de 108 pages, aborde le vieillissement en France et à l’étranger. Bien que non exhaustif, il est d’une grande richesse.

 

Sommaire de la bibliographie

I. Aspects démographiques
II. Etat de santé

  • Etudes Irdes
  • Etudes françaises
  • En Europe /A l’étranger

III. Dépenses de santé

  • Etudes Irdes
  • Etudes françaises
  • En Europe, à l’étranger

IV. Prestations d’aide et de soins
– Prise en charge institutionnelle

  • En France
  • A l’étranger

– Aidants informels

  • En France
  • En Europe à l’étranger

V. Quelques sites sur la problématique du vieillissement

 

Bon à savoir : L’IRDES propose sur son site internet de nombreuses publications et produits documentaires (bibliographies, synthèses thématiques, …) intéressantes dans le cadre de l’UE 1. 2 « Santé publique et économie de la santé ».

Expo Maladies rares et orphelines : biblio !

Sujets: Actes/Rapports, Articles en ligne, Dossiers thématiques, Evénements/Manifestations, Nouveautés BU, Références bibliographiques, Sites Web

La bibliothèque de médecine de Nancy vous propose ce mois-ci, une exposition autour du téléthon sur les maladies rares et orphelines, les maladies neuromusculaires, les myopathies et les maladies génétiques.

 

 

Retrouver une bibliographie très complète sur le sujetLivres, thèses, mémoires et articles : toutes les références citées sont disponibles à la BU médecine.

Gestion des risques : mini biblio

Sujets: Actes/Rapports, Articles en ligne

Voici une liste non exhaustive de livres et d’articles de revue sur la gestion des risques disponibles à la BU médecine de l’Université de Lorraine et sur le web.

 

 

 

 

 

Rapports en ligne :

Articles de revues : accès via Lorraine-clic (après authentification) :

  • Saintoyant V, Duhamel G, Minvielle E, Gestion des risques associés aux soins : état des lieux et perspectives, Pratiques et Organisation des Soins, 2012 n°1.
  • Bedouch F, La gestion des risques, une démarche indispensable, Inter bloc, Vol 26, N° 3 – septembre 2007, pp. 168-171.
  • Farge-Broyart, A , Rolland, C, Politique nationale de gestion des risques en établissements de santé, Réanimation,Volume 14, numéro 5,pages 419-422 (septembre 2005)
  • Ponte, C, Pratiques professionnelles : La gestion des risques (NDLR : fiche de synthèse), Soins Cadres,Vol 17, N° SUP66 – juin 2008,pp. 25-26

Livres :

Voir les documents présentés dans l’article « expo : la sécurité du patient » à la BU médecine

Traité de l’Encyclopédie Médico-Chirurgicale en ligne (accès au texte intégral, après authentification, via EM-Premuim) :

  • Sécurité du patient. EMC (Elsevier Masson SAS), Savoirs et soins infirmiers, 60-780-B-10, 2009
  • P. Blanchemanche. De la déclaration des événements indésirables à la culture de l’erreur. EMC (Elsevier Masson SAS), Savoirs et soins infirmiers, 60-785-O-10, 2010

Dix ans d’évolution des consommations d’antibiotiques en France

Sujets: Actes/Rapports, Enquêtes

Dix ans d’évolution des consommations d’antibiotiques en France. Rapport de l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé, 2012/07: 1-24.

 

Mots-clés : ANTIBIOTIQUE; CONSOMMATION; PRESCRIPTION; DDJ; EUROPE; PROFESSION LIBERALE; GENERALITE; AGE

 

Résumé : Au début des années 2000, le développement des résistances bactériennes a conduit la France – comme d’autres pays européens – à mettre en œuvre des actions favorisant un moindre et un meilleur usage des antibiotiques afin d’en préserver l’efficacité. Ces actions ont abouti à faire baisser la consommation d’antibiotiques tant en ville qu’à l’hôpital. Ce mouvement de baisse n’a cependant pas été continu et, depuis 2005, une légère tendance à la reprise se dégage. Les premiers résultats de l’année 2011 confirment cette évolution. Il apparaît également que l’incidence des pathologies hivernales (quelle qu’en soit l’origine) constitue un élément majeur pour expliquer les évolutions d’une année sur l’autre. Pris dans leur ensemble, ces résultats demeurent néanmoins positifs et démontrent que les habitudes de prescription et les comportements peuvent être infléchis. Même si elle se situe toujours parmi les pays dont le niveau de consommation est élevé, la France n’est plus le premier consommateur d’antibiotiques en Europe, comme c’était le cas au début des années 2000. Une analyse détaillée des données fait apparaître que la consommation n’est pas homogène : elle présente des disparités importantes, en fonction de l’âge, du sexe, mais aussi du lieu de résidence. Ainsi les femmes consomment-elles plus d’antibiotiques que les hommes, et la consommation progresse-t-elle avec l’âge. Par ailleurs, le niveau de consommation est plus élevé dans les régions du nord de la France que dans les Pays de la Loire ou la région Rhône-Alpes. D’un département à l’autre, ces écarts peuvent être encore plus importants. Sur un autre plan, il ressort que le nombre de substances actives antibiotiques dont disposent les prescripteurs diminue. Contrairement à d’autres classes thérapeutiques qui ont bénéficié de l’introduction d’innovations importantes, très peu de nouveaux médicaments sont venus enrichir les différentes classes d’antibiotiques.

Voir le rapport en ligne

Enquête 2012 : infections nosocomiales

Sujets: Actes/Rapports, Enquêtes, Guide pratique

Titre : Enquête nationale de prévalence 2012 des infections nosocomiales et des traitements anti-infectieux en établissements de santé – mai-juin 2012 – Protocole / Guide de l’enquêteur

Réalisé par le Réseau d’alerte d’investigation et de surveillance des infections nosocomiales (RAISIN) et l’Institut de veille, Sanitaire (InVS). InVS 2012: 1-58.

Mots-clés : PREVALENCE; ENQUETE; METHODOLOGIE; AGENT ANTI-INFECTIEUX; ORGANISATION; QUESTIONNAIRE; PROTOCOLE

 

Résumé :

De 1990 à 2006, quatre enquêtes nationales de prévalence (ENP) des infections nosocomiales (IN) ont permis de produire des estimations régulières de la fréquence des IN dans les établissements de santé (ES) français.

L’ENP 2006 avait un objectif de mobilisation la plus large possible des ES afin de valoriser leur engagement dans une démarche de mesure du risque infectieux. Il a été largement atteint avec 2 337 ES participant représentant 93,6 % des lits d’hospitalisation en France et 358 353 patients inclus. Elle a permis de sensibiliser les ES et de les mobiliser très fortement autour d’un projet de surveillance des IN et des consommations d’anti-infectieux. L’ENP a renouvelé des données de référence utiles pour orienter les programmes de lutte contre les IN au niveau national et régional, et les actions du plan national pour préserver l’efficacité des antibiotiques. La baisse de la prévalence des IN observée depuis 2001, en particulier pour les Staphylococcus aureus résistants à la méticilline (SARM) était encourageante et suggérait un impact positif des programmes de lutte contre les IN mis en place en France dans les années 1990. Toutefois, en 2006, ces infections concernaient encore 1 patient hospitalise sur 20, une situation qui justifie la poursuite des efforts engagés à ce jour contre ces infections. Concernant les antibiotiques, les résultats nuances observes concernant la prévalence des patients traites par antibiotiques plaidaient pour le renforcement à l’hôpital des actions visant a préserver leur efficacité.

Le renouvellement de l’enquête est un élément du programme national de lutte contre les IN 2009-2013. L’ENP représente une opportunité particulière pour renforcer la sensibilisation des ES a la surveillance des IN et leur appropriation d’outils standardisés.

L’ENP 2012 se situe dans un contexte européen. La prévalence des infections nosocomiales en France en 2006 était dans les limites basses des taux produits par d’autres enquêtes européennes mais les différences méthodologiques limitaient singulièrement les comparaisons. Suivant une recommandation du Conseil européen, le Centre européen de contrôle des maladies (ECDC – Stockholm) propose aux Etats membres de participer à une enquête de prévalence européenne. Aussi, les données d’un échantillon d’ES participant à l’ENP 2012 seront transmises à l’ECDC et représenteront la participation française a cette enquête. Les établissements de l’échantillon dont les données seront transmises à l’ECDC seront informes de leur situation particulière. Ils feront l’objet d’un suivi régulier afin de garantir le respect des contraintes de calendrier imposées par l’ECDC.

L’ENP s’inscrit dans l’axe stratégique « optimiser le recueil et les données de surveillance » pour prioriser les IN et évaluer leur prévention. L’élaboration du protocole et des outils s’est attachée à assurer la comparabilité des résultats avec ceux des ENP antérieures tout en tenant compte des exigences européennes. De plus, le protocole et les méthodes de l’ENP française étant très proches du protocole européen, les méthodes restent similaires a celles des ENP 2001 et 2006, ce qui facilite le travail des enquêteurs ayant déjà participé aux enquêtes précédentes. L’ENP 2012 aura lieu du lundi 14 mai au vendredi 29 juin 2012. Comme en 2006, l’ENP 2012 est réalisée sous l’égide du réseau d’alerte d’investigation et de surveillance des infections associées aux soins (Raisin), mise en oeuvre par les ES, coordonnée par l’Institut de veille sanitaire (InVS) au niveau national et les centres de coordination de la lutte contre les IN (CClin) au niveau interrégional.

Cliquez 2 fois sur pour accéder au rapport complet.

Mesures de prévention et de contrôle de la grippe saisonnière

Sujets: Actes/Rapports

Titre : Mesures de prévention et de contrôle de la grippe saisonnière en centre hospitalier de soins généraux et spécialisés

 

Auteur : Institut national de santé publique du Québec 2012/01(1391): 1-83.

Mots-clés : PREVENTION; GRIPPE; CONTROLE; VACCINATION; PERSONNEL; SURVEILLANCE; INFORMATION; USAGER; FAMILLE; MASQUE

Résumé : L’objectif de ce document est de fournir des recommandations sur les mesures de prévention et de contrôle de la grippe saisonnière à appliquer dans les centres hospitaliers de soins généraux et spécialisés (CHSGS), incluant les unités de pédiatrie. Il s’adresse aux équipes locales de prévention et de contrôle des infections (PCI) qui travaillent en collaboration avec les autres directions concernées, avec leur service de santé et sécurité au travail et aussi avec leur direction de santé publique, au besoin.

Ce document est divisé en cinq chapitres suivis de neuf annexes. Le premier chapitre aborde les notions essentielles sur la grippe et la préparation à la saison grippale. Dans le deuxième chapitre, il est question de vaccination et de surveillance. Le troisième chapitre porte sur la hiérarchie des mesures, les pratiques de base, l’hygiène et l’étiquette respiratoire ainsi que les mesures de prévention et de contrôle. De plus, les mesures spécifiques en présence d’un cas de grippe confirmé y sont expliquées avec des recommandations spécifiques concernant les patients présentant un syndrome d’allure grippale (SAG), l’hygiène et salubrité, les visiteurs, la prise en charge des travailleurs de la santé ainsi que les communications. Au quatrième chapitre, la définition d‘éclosion de grippe, les mesures de contrôle durant une éclosion avec les recommandations spécifiques et les critères de signalement à la santé publique sont présentés. Finalement, la place de l’utilisation des antiviraux décrite de façon plus détaillée fait l’objet du dernier chapitre.

PDF