Soins-Infirmiers@UL

Veille en soins infirmiers, nursing

RSS Souscrire via RSS

Articles marqués ‘Gestion des risques’

Gestion des risques en établissement de santé

Sujets: Nouveautés BU

9782216131464-gestion-risques-etablissement-sante

 

La qualité et la gestion des risques en établissement de santé expliqués aux étudiants et professionnels des métiers de la santé par des experts de la discipline.

 

Au sommaire :

 

  • Définitions et concepts : le risque, le danger, la criticité, l’événement indésirable, la vulnérabilité, la sécurité, principes de base, REASON ;
  • Outils et méthodes ;
  • La cartographie des risques /basée sur l’approche processus ;
  • La gestion des risques… une exigence « réglementaire » ;
  • Des processus clés : la prise en charge médicamenteuse (les 5 B) ;
  • La prise en charge au bloc opératoire ;
  • La place de la communication et du travail d’équipe dans la sécurité des soins ;
  • La gestion de crise ;
  • Les vigilances sanitaires ;
  • les risques professionnels.

 

Feuilleter le livre grâce au site Unithèque

 

Où trouver cet ouvrage ?

Bibliothèque Santé-Brabois –  RDC, salle 3 – WX 157 MOU

Le Secret de l’Amarante : serious game

Sujets: Sites Web

secret_amarante

Jeu en ligne gratuit

 

Pour découvrir ou pour réviser les règles en matière d’hygiène, afin de lutter contre les infections nosocomiales.

 

Ce jeu, sous forme de BD interactive, a été validé par le chef de service hygiène du CHRU de Lille.

 

Le temps de jeu est estimé à 30 minutes.

 

Alors rendez-vous sur : http://www.ludomedic.com/index.php?option=com_ludomedic&view=trip&id=17&Itemid=261

 

Et, tout en apprenant, amusez vous bien !

LES ESSENTIELS EN IFSI

Sujets: Nouveautés BU

9782294746413-infectiologie-hygiene-gestion-risques-soins-infirmiers9782294746406-soins-educatifs-preventifs

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les ouvrages de la collection LES ESSENTIELS EN IFSI ont été conçus et construits conformément au nouveau programme des études menant au Diplôme d’État infirmier.

Ils couvrent toutes les Unités d’Enseignement (UE) de la formation correspondant aux quatre domaines suivants :

 

  •   Sciences humaines, sociales et droit ;
  •   Sciences biologiques et médicales ;
  •   Sciences et techniques infirmières, fondements et méthodes 9 ;
  •   Sciences et techniques infirmières, interventions.

 

Chaque chapitre est articulé en trois volets :

 

  •     Le volet COMPRENDRE permet d’acquérir les savoirs essentiels de manière claire et concise : les connaissances fondamentales y sont illustrées d’exemples concrets, et associées aux savoir-faire et savoir-être professionnels.
  •     Le volet AGIR propose de mobiliser ces savoirs et savoir-faire pour agir en situation. Ces situations professionnelles sont analysées en quatre étapes, clairement exposées en tableaux très didactiques, qui rendent compte de la progression du raisonnement clinique infirmier.
  •     Le volet S’ENTRAÎNER offre enfin de tester ses connaissances au moyen de QCM, QROC, etc. et de transférer ses connaissances à une situation nouvelle, permettant la transposition des savoirs dans un nouveau contexte. Les corrigés sont donnés à la suite.

 

Voir les sommaires en PDF, grâce au site Unithèque :

 

 

Où trouver ces ouvrages ?

Bibliothèque Santé-Brabois –  RDC, salle 3 :

 

  • Infectiologie et hygiène Gestion des risques et soins infirmiers WY 153 CRO
  • Soins éducatifs et préventifs WY 150 BUR

Du soin à la personne : Clinique de l’incertitude

Sujets: Nouveautés BU

soin-personne_gQu’il soit paramédical, médecin, psychologue…

tout intervenant dans le secteur de la médecine est confronté dans sa pratique à la question de l’incertitude. Comment le patient va-t-il vivre sa situation de malade ? Comment la pathologie va-t-elle évoluer et à quel rythme ? Comment l’entourage et l’équipe vont-ils parvenir à s’adapter ? Quel impact vont avoir ces notions sur le déroulé des soins et les personnes ? Comment l’incertitude peut-elle être appréhendée sans bloquer la communication et empêcher le soin ? Autant de questions relatives à la clinique de l’incertitude.

 

Cet ouvrage traite de la façon dont l’incertitude influence les pratiques de soins et propose une réflexion sur la façon de l’intégrer dans la clinique, Dans cette dynamique, l’interdisciplinarité occupe une place centrale qui est ici exposée.

Public psychologues cliniciens et de la santé, psychiatres, professions médicales et paramédicales, autres professions s’intéressant au champ de la santé (philosophes, sociologues…), bénévoles de santé.

 

Voir le sommaire et un extrait en PDF, grâce au site Unithèque

 

 

Où trouver cet ouvrage ?

Bibliothèque Santé-Brabois –  RDC, salle 3 – W 62 SOI

Fugue d’un patient : quelle responsabilité pour les infirmières ?

Sujets: Législation

Le vieillissement de la population, l’augmentation du nombre des personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer rendent le risque de fugue en établissement de santé, en EHPAD et en maison de retraite plus présent aujourd’hui.

 

infirmière fugue

 

La fugue d’un patient atteint de sénilité ou d’une maladie psychiatrique peut être à l’origine d’un important dommage tant pour le patient lui-même que pour des tiers.

Il est ainsi déclaré chaque année des fugues se terminant par la mort du patient des suites d’un accident ou d’une hypothermie, ou par la blessure ou le décès d’un tiers suite à l’accident provoqué par le patient, comme ce fut le cas par exemple après qu’un fugueur atteint de la maladie d’Alzheimer ait volé une voiture, pris l’autoroute voisine à contresens et provoqué une collision mortelle.

 

L’état du patient rendant inenvisageable une action contre lui, c’est contre l’établissement d’accueil ou les professionnels l’ayant pris en charge que celle-ci sera dirigée. L’action contre les praticiens ou en rapport avec l’activité des agents paramédicaux nécessite la démonstration d’une faute devant avoir un lien avec le dommage subi.

Celle contre l’établissement peut être mise en œuvre par la victime du patient fugueur sans démonstration de faute comme l’a décidé l’Assemblée Plénière de la Cour de Cassation dans son arrêt du 29 mars 1991. A la suite d’un incendie de forêt provoqué par un pensionnaire ayant fugué d’un CAT, la plus haute juridiction civile française a considéré que « l’association gestionnaire du centre doit répondre, au sens de l’article 1384 alinéa 1 du code civil, de son pensionnaire et réparer les dommages qu’il a causés dès lors que l’association a la charge d’organiser et de contrôler, à titre permanent, le mode de vie de ce handicapé ».

L’admission

Le principe de la liberté d’aller et venir est constitutionnel et même supranational (article 18 du traité instituant la communauté européenne du 25 mars 1957) et implique que toute limitation soit strictement motivée. Ainsi il est tout autant fautif de priver sans raison légitime un patient de sa liberté d’aller et venir que de ne pas prendre les mesures nécessaires pour éviter les dommages liés à sa pathologie.

L’orientation du patient vers un établissement déterminé engage la responsabilité du médecin traitant mais également celle du praticien ayant décidé d’accepter l’admission de ce patient dans son service ou dans l’établissement qu’il est chargé de coordonner. Ainsi le décret du 27 mai 2005 définissant les missions du médecin coordonnateur d’un EHPAD prévoit qu’il doit donner son avis sur les admissions, c’est-à-dire vérifier la compatibilité de l’état du patient avec les moyens effectivement disponibles dans le service et ce indépendamment de l’avis du médecin traitant ou du directeur administratif.

S’il est découvert que la pathologie du patient nécessitait un environnement spécifique en locaux ou en personnel qui ne pouvait être assuré dans l’établissement choisi, cela peut suffire pour engager, après une fugue dommageable, la responsabilité des praticiens ayant contribué à cette admission.

La surveillance

Elle appartient en premier lieu au personnel de l’établissement qui doit mettre en œuvre les consignes particulières décidées par le praticien ayant en charge le patient ou les protocoles préalablement établis qui doivent être écrits, datés et signés par un médecin.

La contention d’un malade doit être utilisée avec une grande prudence et ne constitue pas un moyen acceptable de prévention des fugues comme le prévoit le guide de l’ANAES « limiter les risques de la contention physique de la personne âgée » d’octobre 2000. Celui-ci insiste sur la nécessité d’une prescription médicale avant toute contention qui ne peut être laissée à la seule initiative du personnel paramédical de l’établissement. Ceci a été utilement complété, à propos de la prévention des fugues, par la conférence de consensus « liberté d’aller et venir dans les établissements sanitaires et médico-sociaux et obligation de sécurité » (24 – 25 septembre 2004).

Les fautes se retrouvent dans l’absence de prescription des mesures de surveillance ou d’adaptation de celles-ci à l’évolution de la pathologie, dans le défaut de mise en œuvre des consignes prescrites, dans l’insuffisance quantitative ou qualitative de personnel et dans l’inadaptation des locaux à la bonne sécurité des patients. Il sera bien entendu tenu compte, pour l’appréciation des moyens nécessaires, de la gravité de la pathologie et donc du caractère prévisible ou non de la fugue.

Pour les moyens humains, même s’il n’existe pas aujourd’hui de norme obligatoire pour la quantité ou la qualification des personnels, il sera tenu compte des effectifs habituels dans le type d’établissement concerné et des décrets de compétence de chaque profession afin de vérifier que chacun accompli bien la tâche pour laquelle il a été formé.

Pour les locaux, ils doivent correspondre au risque encouru par les patients et il est par exemple difficilement admissible aujourd’hui que dans un service accueillant des patients atteints de la maladie d’Alzheimer il soit possible de sortir sans que personne ne s’en aperçoive en poussant simplement la barre de l’issue de secours. Des portes à code ou des bracelets de sécurité doivent alors être demandés. Si l’établissement lui-même est responsable de ces défauts d’environnement, cela n’exonère pas les personnes qui y exercent de leur propre faute (par exemple l’absence de signalement des situations à risque).

En matière pénale la responsabilité est personnelle, les fugues liées à un défaut de surveillance pouvant, sur la base des blessures ou de l’homicide involontaires, conduire à la condamnation du médecin ayant en charge le patient, du personnel devant assurer cette surveillance et du directeur de l’établissement, voire de l’établissement lui-même.

La découverte de la fugue et les mesures prises

La faute peut également se retrouver dans le retard à la découverte de la fugue qui signe alors un défaut de surveillance. Il n’est pas admissible, chez un patient à risque, que la fugue soit découverte cinq heures plus tard alors que le patient a déjà subi ou provoqué le dommage. Il n’existe pas de norme fixant la fréquence de passage de jour ou de nuit du personnel pour vérifier que le patient est en sécurité mais il sera demandé quels ont été les horaires réels des différentes visites qu’il est alors prudent de noter dans le dossier du patient ou le dossier de soins infirmiers.

Il sera par ailleurs demandé de produire les consignes écrites ou le protocole tout en vérifiant qu’ils ont bien été respectés. Si un contrôle toutes les deux heures est bien admis, un toutes les quatre heures sera plus difficile à faire accepter. Il convient également de définir une procédure d’actions à mettre en œuvre une fois que la fugue est constatée (information du directeur de l’établissement ou de l’administrateur de garde, des services de police ou de gendarmerie, de la famille du patient, mise en œuvre des premières recherches…). Un retard à la mise en œuvre de ces différentes mesures peut faire perdre une chance de retrouver rapidement le patient et d’éviter le dommage et constitue ainsi une source de responsabilité.

Enfin il est très important d’éviter la récidive en adoptant les mesures nécessaires tant à l’égard de ce patient à l’issue de sa première fugue qu’à l’égard des procédures et moyens de sécurité utilisés. Il sera beaucoup plus difficile de justifier la quatrième fugue, cette fois-ci mortelle, chez le même patient ou la fugue du quatrième patient du même service…Mais les moyens ne doivent pas être pires que les maux à prévenir, comme par exemple la condamnation pure et simple de l’issue de secours par une chaîne et un cadenas, au risque de mettre en danger la vie de l’ensemble des pensionnaires en cas d’incendie, ou l’arrêt des activités occupationnelles pour l’ensemble des patients !

La prévention des fugues constitue ainsi un vrai travail d’équipe engageant la responsabilité de chaque membre, selon son statut et son domaine de compétence. Si les difficultés de prise en charge des patients fugueurs, dont les droits doivent par ailleurs être respectés, sont prises en compte, elles ne permettront pas souvent de justifier les fautes commises notamment dans l’admission, la surveillance et la réaction suite à la fugue.

 

Source : ActuSoins, 16 septembre 2013, Germain Decroix – juriste MACSF

Unités d’enseignement 4.5, 4.6, et 4.8

Sujets: Nouveautés BU

Soins infirmiers et gestion des risques – Soins éducatifs et préventifs – Qualité des soins et évaluation des pratiques

 

gestion-risques-soins-educatifs-preventifs-qualite-soins-evaluation-pratiques_g

Cet ouvrage est consacré aux unités d’enseignement 4.5, Soins infirmiers et gestion des risques (semestres 2 et 4), 4.6, Soins éducatifs et préventifs (semestres 3 et 4) et 4.8, Qualité des soins, évaluation des pratiques (semestre 6).

 

Il aborde les grands thèmes du programme :

  • les principaux risques dans le domaine de la santé des personnes et des populations,
  • les moyens de les identifier et de les gérer ; les notions de danger et de risque en situation de soins ;
  • les mesures à mettre en oeuvre en situation de risque infectieux ;
  • les vigilances et les moyens mis en place dans les établissements de santé ;
  • les notions de prévention et d’éducation à la santé ;
  • l’éducation thérapeutique ; les outils d’analyse critique pour améliorer sa pratique professionnelle au regard de l’évaluation de la qualité, la sécurité et la satisfaction des patients ; les règles de traçabilité et l’évaluation de leur application.

 

Ces thématiques sont illustrées par de nombreux schémas en couleur.

 

Voir le sommaire en PDF, grâce au site Unithèque

 

Où trouver cet ouvrage ?

Bibliothèque Santé-Brabois –  RDC, salle 3 – WY 150 VIG

Les infirmiers inquiets sur la qualité et la sécurité des soins

Sujets: Enquêtes, Presse

infirmierePrès de la moitié des infirmiers estime ne pas pouvoir assurer une sécurité des soins optimale à ses patients au regard de ses conditions d’exercice, en particulier à l’hôpital public. Ces résultats d’une grande enquête menée auprès de 21 000 infirmières et infirmiers ont été révélés par l’Ordre des infirmiers. Ils soulignent l’inquiétude de la profession qui souhaite très majoritairement une évolution rapide de son champ et de ses conditions d’exercice et fait des propositions en ce sens.



Les infirmiers, qui représentent la première profession de santé avec près de 2% de la population active française, ont été interrogés en mars 2012. Le questionnaire évaluait en particulier la sécurité des soins à l’hôpital, les réformes réalisées ces dernières années et leurs propositions d’évolutions. Au total, 21.244 infirmières et infirmiers ont répondu et 17.825 questionnaires étaient complets.
Les résultats montrent que près de la moitié juge ne pas pouvoir assurer une sécurité des soins optimale : 51% des infirmiers du public et 41% du secteur privé. Ce résultat n’était pas modifié en fonction de l’ancienneté du soignant. Les principales causes évoquées sont les conditions de travail difficiles associant surcharge de travail, stress et manque de matériel ou de moyens inadaptés.
L’ensemble des infirmières et infirmiers jugent plutôt négativement le bilan des réformes réalisées : la réforme du contenu des études, les mesures sur les coopérations entre professionnels de santé et la non-reconnaissance officielle de la pénibilité du travail d’infirmier…
Ils estiment nécessaire de créer de nouvelles spécialités infirmières (masters de santé au travail, psychiatrie, néphro-dialyse, etc.), d’améliorer la formation continue et de développer la prescription infirmière.

 

Sources :

Dr Caroline Puech, Les infirmiers inquiets sur la qualité et la sécurité des soins, 25-06-2012.

Mediscoop : ce site fait la synthèse de l’actualité médicale dans la presse quotidienne nationale et régionale. Inscription gratuite pour les étudiants et les professionnels de la santé.

Manque de communication entre soignants

Sujets: Articles en ligne, Presse, Recommandations/Expertises

C’est ce que note Anne Jeanblanc dans Le Point. La journaliste relève ainsi que « dans les établissements de santé, un événement indésirable grave survient en moyenne tous les 5 jours dans les services de 30 lits et, parmi eux, un tiers est considéré comme évitable. Car les travaux montrent bien que le manque de coordination et de communication entre les différents professionnels est l’une des principales sources de ces problèmes ».

communication-73331_640
Anne Jeanblanc explique donc que « la HAS vient de lancer son PACTE, un acronyme pour Programme d’amélioration continue du travail en équipe. Ce programme, pour l’instant expérimental, est destiné à faire connaître et reconnaître les équipes qui s’engagent dans une démarche d’amélioration de leurs pratiques à l’hôpital. En espérant, évidemment, que leur nombre ne cessera d’augmenter… ».
La HAS indique ainsi que « sur 9 000 événements indésirables analysés en 2011 dans la base HAS de l’accréditation des spécialités à risque, environ 26% des causes retrouvées sont liées au fonctionnement de l’équipe de soins. […] Parmi ces causes, 35% sont liées à des problèmes de communication entre professionnels ». Anne Jeanblanc observe qu’« il est possible de prévenir certains de ces événements. Une équipe américaine a publié en 2010, dans la revue JAMA, ses résultats en la matière : une diminution de 18% de la mortalité a été observée après un programme d’amélioration du travail en équipe ».
La journaliste explique qu’« en dehors de bénéfices évidents pour les patients, le fait d‘agir en synergie a un impact positif sur la santé et le bien-être des personnels soignants. Et pourtant, contrairement à ce que l’on pourrait imaginer, la notion d’équipe ne joue pas à plein dans les services hospitaliers ». La HAS relève en effet qu’« aujourd’hui, le travail repose essentiellement sur la juxtaposition d’expertises et n’est pas assez articulé autour d’une culture et d’un objectif commun, qui permettent à chacun de mieux se coordonner et coopérer ».
Anne Jeanblanc note donc qu’« avec le PACTE, les professionnels devront définir leur équipe – obligatoirement pluriprofessionnelle -, évaluer les points faibles et élaborer un programme pour y remédier. Un procédé somme toute basique, mais personne ne s’en plaindra ».

Sources :

Le Point, Hôpitaux : trop d’accidents liés au manque de communication entre soignants, 21/06/2013

Mediscoop : ce site fait la synthèse de l’actualité médicale dans la presse quotidienne nationale et régionale. Inscription gratuite pour les étudiants et les professionnels de la santé.

Neily J, Mills PD, Young-Xu, « Association between implementation of a medical team training program and surgical mortality« . JAMA. 2010 Oct 20;304(15):1693-700. doi: 10.1001/jama.2010.1506.

Mission Mains propres

Sujets: Evénements/Manifestations

Depuis 2009, la France s’est engagée au côté de l’OMS dans le défi mondial : « un soin propre est un soin plus sûr » en participant chaque année à la journée mondiale sur l’hygiène des mains « sauvez des vies : lavez-vous les mains ».

 

Pour information, la page Mission mains propres du site CClin-Arlin vient d’être réactualisée :

 Mission mains propres

Vous y trouverez toutes les informations relatives à la campagne 2013 qui est programmée en France le 6 mai prochain.

Le slogan est « Patients, soignants, tous concernés ! ».

Optimiser la sécurité du patient au bloc opératoire : vidéos en ligne

Sujets: Document audio/vidéo, Dossiers thématiques