Soins-Infirmiers@UL

Veille en soins infirmiers, nursing

RSS Souscrire via RSS

Articles marqués ‘Prescription’

Pharmacologie & thérapeutiques : UE 2.11

Sujets: Nouveautés BU

pharmacologie--amp;-therapeutiques-2.11_gPharmacologie et thérapeutiques, validation des UE est un livre de pharmacie conforme au nouveau décret 2009 régissant la formation des étudiants en IFSI.

Il a pour but de présenter aux étudiants les connaissances nécessaires pour la validation des trois unités d’enseignement de pharmacologie, à savoir l’UE 2.11.SI, l’ UE 2.22.S3 et l’UE 2.11.S5Ces unités d’enseignement visent à donner étudiants en IFSI les bases indispensables à leur prise de conscience des risques et dangers du circuit infirmier du médicament.
La responsabilité des infirmières dans la prescription et l’administration de produits médicamenteux est particulièrement mise en avant dans cet ouvrage.
La nouvelle édition a été entièrement restructurée pour être au plus près possible des examens de validation des UE et comporte de nombreux nouveaux chapitres.

 

Un soin particulier a été apporté à la description des multiples activités en rapport avec le médicament et la thérapeutique, que la future infirmière aura à réaliser tout au long de sa carrière.

 

Voir le sommaire en PDF, grâce au site Unithèque

Où trouver cet ouvrage ?

BU Santé-Brabois –  RDC, salle 3 – WY 100 PHA

medicaments.gouv.fr : base gratuite du ministère de la santé !

Sujets: Rechercher des références, Recommandations/Expertises, Sites Web, Smartphones/Tablettes

Découvrez medicaments.gouv.fr, la première base de données gratuite et officielle sur les médicaments :

 

médoc

 

Créée par l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM),

medicaments.gouv.fr indique pour chaque médicament :

  • la thérapeutique,
  • la composition,
  • les précautions d’emploi et contre-indications,
  • les autorisations de mise sur le marché,
  • le statut au regard de la commercialisation,
  • le prix et le taux de remboursement
  • des informations relatives à la sécurité d’emploi.

De plus, des icônes indiquent si le médicament est délivré uniquement sur prescription, s’il est remboursé par la sécurité sociale et s’il appartient à un groupe générique.

 

Accès au site web

Accès à la version mobile

Les infirmiers inquiets sur la qualité et la sécurité des soins

Sujets: Enquêtes, Presse

infirmierePrès de la moitié des infirmiers estime ne pas pouvoir assurer une sécurité des soins optimale à ses patients au regard de ses conditions d’exercice, en particulier à l’hôpital public. Ces résultats d’une grande enquête menée auprès de 21 000 infirmières et infirmiers ont été révélés par l’Ordre des infirmiers. Ils soulignent l’inquiétude de la profession qui souhaite très majoritairement une évolution rapide de son champ et de ses conditions d’exercice et fait des propositions en ce sens.



Les infirmiers, qui représentent la première profession de santé avec près de 2% de la population active française, ont été interrogés en mars 2012. Le questionnaire évaluait en particulier la sécurité des soins à l’hôpital, les réformes réalisées ces dernières années et leurs propositions d’évolutions. Au total, 21.244 infirmières et infirmiers ont répondu et 17.825 questionnaires étaient complets.
Les résultats montrent que près de la moitié juge ne pas pouvoir assurer une sécurité des soins optimale : 51% des infirmiers du public et 41% du secteur privé. Ce résultat n’était pas modifié en fonction de l’ancienneté du soignant. Les principales causes évoquées sont les conditions de travail difficiles associant surcharge de travail, stress et manque de matériel ou de moyens inadaptés.
L’ensemble des infirmières et infirmiers jugent plutôt négativement le bilan des réformes réalisées : la réforme du contenu des études, les mesures sur les coopérations entre professionnels de santé et la non-reconnaissance officielle de la pénibilité du travail d’infirmier…
Ils estiment nécessaire de créer de nouvelles spécialités infirmières (masters de santé au travail, psychiatrie, néphro-dialyse, etc.), d’améliorer la formation continue et de développer la prescription infirmière.

 

Sources :

Dr Caroline Puech, Les infirmiers inquiets sur la qualité et la sécurité des soins, 25-06-2012.

Mediscoop : ce site fait la synthèse de l’actualité médicale dans la presse quotidienne nationale et régionale. Inscription gratuite pour les étudiants et les professionnels de la santé.

Bactéries multirésistantes et antibiotiques

Sujets: Articles en ligne, Revues en ligne
Référence de l’article :
Carlet G. Bactéries multirésistantes et antibiotiques. Revue de l’infirmière 2013/06; 192: 17-19.

 

medoc

 

Résumé :

La prescription d’antibiotiques reste totalement banalisée, malgré l’augmentation de la résistance des bactéries à ces médicaments. Pour endiguer ce problème de santé publique, il faut mieux former les médecins et informer le grand public.

 

Mots clés : Antibiorésistance, Antibiotiques, Bactérie multirésistante, Formation, Hygiène

 

Plan
Antibiotiques et développement durable

  • La prescription d’antibiotiques
  • Sauver les antibiotiques

Les actions urgentes

  • L’information
  • Les médecins référents à l’hôpital
  • La formation
  • La durée du traitement
  • La transmission croisée
  • La recherche
  • Test diagnostiques
  • Surveillance
Plans nationaux et évaluation
Conclusion

Déclaration d’intérêts

Accès après authentification ou sur les postes des BU lorraines :

 à l’article en ligne

 à la revue Revue de l’infirmière en ligne.

Evolution des consommations d’antibiotiques en France entre 2000 et 2012 : nouveau rapport d’analyse de l’ANSM

Sujets: Actes/Rapports, Enquêtes
médoc 4L’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) réunit et analyse depuis 2 ans les principales données relatives à la consommation d’antibiotiques en France. Elles reposent sur les déclarations obligatoires de ventes de ces médicaments par les industriels et sur les données de remboursement en médecine de ville (régime général) fournies par l’Assurance Maladie.
Pris dans leur ensemble, ces nouveaux résultats montrent que la France se situe à un niveau de consommation d’antibiotiques nettement supérieur à la moyenne européenne, même si elle n’est plus le premier consommateur en Europe comme au début des années 2000. Des disparités de consommation sont observées, en particulier en fonction de l’âge, du sexe, et entre les régions.
La surveillance de la consommation d’antibiotiques est un des critères de jugement du Plan Antibiotiques 2011 – 2016 qui fixe désormais un objectif chiffré en matière de réduction des consommations de ­ 25 % d’ici 2016.

Les principaux constats issus de ce nouveau rapport pdficon_small sur la consommation d’antibiotiques sont :

  • une baisse de consommation d’antibiotiques de près de 10 % entre 2002 et 2012, avec toutefois une augmentation de 3 % au cours de ces cinq dernières années ;
  • une consommation d’antibiotiques très majoritaire en ville (90 %) pour laquelle les génériques occupent une place centrale (78 % de la consommation antibiotique en ville est représentée par des génériques) ;
  • 70 % des prescriptions d’antibiotiques en ville sont réalisées par un médecin généraliste. Parmi celles-ci, 11 % ont néanmoins pour origine une prescription hospitalière ;
  • les femmes représentent 57,3 % des patients utilisant des antibiotiques. Cette utilisation est significativement plus élevée que celle des hommes entre 15 et 34 ans, puis baisse et se stabilise. A l’inverse, le niveau d’utilisation par les hommes augmente après 55 ans et ne cesse de progresser ensuite ;
  • en ville, un écart de près de 30 % est observé entre la région dont la consommation est la plus élevée et celle dont la consommation est la plus faible ;
  • l’antibiotique le plus consommé en ville est l’amoxicilline (32 % de la consommation totale). A l’hôpital, l’association amoxicilline et acide clavulanique (Augmentin et ses génériques) est l’antibiotique le plus consommé (33 %) et un possible pourvoyeur de résistance ;
  • le développement des résistances aux antibiotiques est d’autant plus préoccupant que le nombre de substances actives disponibles diminue (- 29 entre 2000 et 2012) et que la recherche sur de nouveaux antibiotiques s’est considérablement ralentie.

Evolution des consommations d’antibiotiques en France entre 2000 et 2012 -Rapport d’analyse (17/06/2013)  (1095 ko)pdficon_small

Maths et calculs de doses

Sujets: Nouveautés BU

maths-calculs-doses_gCet ouvrage présente les outils mathématiques nécessaires à l’infirmier(ère) dans sa pratique quotidienne. Il s’adresse aussi bien aux étudiant(e)s qu’aux infirmier(ère)s diplômé(e)s.

 

Par une approche didactique « pas à pas », il résume l’essentiel des connaissances mathématiques de base et propose des mises en application (cas concrets avec corrigés).

 

Maths et calculs de doses aide l’infirmier(ère) à:

  •     planifier une prescription sur 24 heures
  •     calculer la quantité de médicaments nécessaire au respect d’une prescription
  •     diluer différents-produits (antibiotiques, antalgiques…)
  •     préparer des électrolytes, des seringues électriques d’insuline, d’héparine, de dopamine… ;
  •     régler des débits de perfusion, de transfusion, de seringue électrique chez l’adulte et chez l’enfant.

 

Grâce à cet ouvrage, les outils mathématiques deviennent concrets et adaptés à la pratique de l’infirmier(ère).

 

Voir le sommaire en PDF, grâce au site Unithèque

Où trouver cet ouvrage ?

Bibliothèque Santé-Brabois –  RDC, salle 3 – WY 100.4 PIN

Nouveauté en Pharmacologie : IFSI UE 2.11

Sujets: Nouveautés BU

« Vers un grand ménage du médicament »

Sujets: Débats, Presse

Le Journal du Dimanche publie un « appel initié par deux professeurs de thérapeutique et de pharmacologie, Jean-François Bergmann et François Chast, et par le diabétologue André Grimaldi, [qui] plaident pour la rédaction urgente d’un guide officiel recensant les 1.000 médicaments vraiment nécessaires pour soigner des Français en proie au doute depuis le scandale du Mediator ». Le journal observe que cet appel intervient « 2 semaines après la publication du «Guide des 4.000 médicaments utiles, inutiles ou dangereux» (Le Cherche Midi) par Philippe Even et Bernard Debré », observant que « dans un premier temps, de nombreux médecins se sont contentés de pointer […] les erreurs factuelles émaillant un livre dont ils contestent la pertinence scientifique. […] Mais l’ouvrage, souvent dénoncé comme « un coup médiatique », caracole en tête des ventes avec 175.000 exemplaires écoulés ». « Plus grave, certains malades du cancer ou du diabète envisagent d’arrêter leur traitement après consultation du best-seller. Pis, selon les trois initiateurs du manifeste, les autorités de santé n’ont pas jugé utile d’en fournir une fiche de lecture critique », poursuit Le Journal du Dimanche. Le journal relève que « l’après-Mediator ne fait que commencer. Les trois professeurs réclament également « une autre politique du médicament » : réforme de la pharmacovigilance et refonte de la politique des prix ». Les Pr Chast et Grimaldi remarquent ainsi que « Philippe Even a raison de dénoncer les traitements inutiles, les coûts exorbitants, les manœuvres de l’industrie, la complaisance de certains médecins ». Dans un entretien, le Pr Bergmann, vice-président de la commission d’AMM à l’ANSM, déclare : « Notre point de départ, c’est le succès du pamphlet écrit par Philippe Even et Bernard Debré. Bien qu’excessif et approximatif, il s’appuie sur un constat juste : les médecins prescrivent trop de médicaments, les Français en consomment trop. Mais ce livre, truffé d’erreurs, ne peut pas être considéré comme un guide d’informations objectif. Si ses recommandations étaient appliquées, ce seraient des milliers de morts chaque année ! ». Le chef de service à l’hôpital Lariboisière (Paris) appelle à l’élaboration d’un guide pour « répondre aux inquiétudes légitimes de la population mais aussi à celles des médecins qui ne trouvent pas toutes les réponses dans le Vidal ! Exiger des pouvoirs publics la publication d’un répertoire officiel, destiné à la fois aux médecins et aux patients, recensant les 600 à 1.000 médicaments vraiment utiles ». « Ce dictionnaire sera issu d’un travail collectif, nourri par des spécialistes de chaque pathologie qui auront déclaré leurs liens d’intérêt. Il permettra de faire le tri parmi les milliers de produits aujourd’hui sur le marché », poursuit le praticien. Le Pr Bergmann ajoute qu’« il faut poursuivre le chantier de déremboursement des médicaments inutiles. Et réfléchir à un codage des diagnostics, seul outil vraiment pertinent pour savoir qui prescrit quoi et à qui. Pour l’instant, seuls les traitements dispensés par les médecins de ville sont rentrés dans les ordinateurs de la Sécu. Si on pouvait croiser ces données de prescription avec les diagnostics comme cela se fait à l’hôpital, on aurait un moyen efficace de lutte contre les mauvaises prescriptions et la surconsommation ». Libération constate également que « des médecins refusent d’avaler la pilule », retenant que selon les auteurs de cet appel, « on pourrait «sans dommage» diviser par 4 le nombre des médicaments consommés par les Français ».

Revue de presse rédigée par Laurent Frichet

Mediscoop : ce site fait la synthèse de l’actualité médicale dans la presse quotidienne nationale et régionale. Inscription gratuite pour les étudiants et les professionnels de la santé.

Quel droit de prescription pour la profession infirmière?

Sujets: Thèses/Mémoires

Thibaut Dulieu a soutenu à Poitiers en 2011, une thèse de doctorat en pharmacie :

  • Titre : Quel droit de prescription pour la profession infirmière?
  • Résumé : Droit de prescription en 2007, ouvert depuis juin 2010 à la plupart des contraceptifs oraux, création d’un Ordre en 2008, reconnaissance de la formation au niveau licence prévue pour 2012 … En quelques années la profession d’infirmier (ère) a connu de profonds remaniements et devrait voir dans les années prochaines survenir de nombreuses mutations.

Pour consulter cette thèse, vous pouvez faire une demande de prêt entre bibliothèque (5€ de participation aux frais de port).